Un oeil sur Thunder Force IV (Megadrive)

Créé le samedi 14 avril 2012 Écrit par Dayton'

Que la force soit avec vous.

 

Thunder Force est une série de shoot 'em up développée par Technosoft ayant connu ses heures de gloire sur la Megadrive de Sega. A l'époque si la PC Engine était la reine de la discipline, la concurrence sur SNES était inexistante dû à des bugs graphiques générés par les limitations de la console. Et il faut bien avouer que les seuls véritables challengers se trouvaient sur la machine de SEGA (bien qu'elle était sujette au scintillement et autres joyeusetés). Si la série a connu des suites sur la playstation nous allons aujourd'hui nous attarder sur le quatrième épisode de la série et certainement l'un des meilleurs en ce qui me concerne. Le choix ne fut pas difficile, cet opus reste pour moi mon plus grand souvenir sur Megadrive et l'une de mes plus belles madeleines de Proust,section jeux vidéo.


Tout commence un certain matin de noël dont j'ai oublié la date précise. J'avais commandé le jeu Megadrive Bart Nightmare adapté des Simpsons, et fort heureusement pour moi le père noël avait d'autres projets en tête. Il faut savoir que ce vieux barbu ne s'y connaissait absolument pas en jeux vidéo, c'est pourquoi lorsqu'il s'était pointé au micromania local et que le vendeur lui avait dit d'un air nonchalant :
"Non ce jeu c'est vraiment de la merde, prenez plutôt celui-là, c'est une pépite".
Il lui avait fait une confiance aveugle. C'est ainsi que ce 25 décembre au matin je me retrouve avec une copie de Thunder force IV…
Première réaction, déception ultime. Oui quand on est petit et que l'on a pas du tout ce que l'on attend, on a tendance à être automatiquement dégouté. C'est un peu comme si on avait une terrible envie de coca bien frais avec une rondelle de citron et des glaçons et que l'on nous servait la meilleure grenadine du monde, quoi qu'il arrive on en veut pas.
Mais la bêtise est le propre de la jeunesse et aujourd'hui près de 20 ans plus tard, je ne bénirai jamais assez ce vendeur anonyme que j'aimerais rencontrer pour pouvoir lui exprimer mon entière gratitude éternelle.

 

 

Blow your mind.

 

Me voilà donc devant la console, j'ai bien étudié la jaquette et j'ai compris que je vais devoir me taper un shoot, genre que je n'apprécie que moyennement. Je place la cartouche, j'allume la console prêt à passer le pire moment de ma vie et d'un coup…

 

 

Silence…Mes oreilles ne s'en remettront jamais. Je fais un reset, je suis obligé de la revoir, de la réécouter. Désormais ce riff de guitare est imprimé à jamais dans ma mémoire. Je jubile, je suis impatient, mon dieu quel idiot, je viens de me manger l'une de mes plus grosses baffes 16 bits et je ne l'ai même pas vu venir.
Comment est-ce possible, je n'avais jamais entendu parlé de ce jeu. C'est bien ma Megadrive qui vient de sortir cette musique?… Les interrogations fusent dans ma tête et ce n'est qu'un début, je m'apprête à appuyer sur start.
Thunder force IV est assurément un grand jeu, il dispose en cela de tous les ingrédients nécessaire à fabriquer une légende:

1-Des musiques à tomber par terre (je garde la bande son à portée de main pour me la réécouter régulièrement)

2- Des graphismes à tomber

3- Une action frénétique

4- Une immense durée de vie

5- Une difficulté de malade pour les newbies d'aujourd'hui.

 

 

Thunder Struck

 

Le premier menu vous propose 4 niveaux de base. Vous choisissez l'ordre par lequel vous allez les parcourir. Ils correspondent plus ou moins au niveau de difficulté, un peu à la manière d'un Starwing où le chemin emprunté définit le challenge. Sauf que là vous serez obligés de tous vous les faire quoi qu'il arrive.
Chaque niveau est découpé en trois parties, une première, une deuxième où le décor change et enfin une troisième servant au boss.
Premier constat, ça pète de partout, des ennemis vous arrivent de tous les cotés et votre armement ultra conséquent ne sera pas de trop pour vous en sortir.
Rayon laser, rockets téléguidés, super blaser, tourelles bonus vous octroyant deux canons supplémentaires. C'est la guerre spatiale et c'est la fête du slip pour vos yeux.

Pour ma part, lorsque j'ai vu qu'il n'y avait que quatre niveaux, j'ai été un peu blasé, forcement, cela a beau être le meilleur jeu du monde, s'il vous faut 30 minutes pour le finir, vous serez totalement déçus. Là encore Technosoft a fait très fort car une fois les 4 premiers niveaux expédiés, c'est 6 nouveaux niveaux encore plus difficiles qui vous attendent et leur longueur vaut bien leurs musiques, toutes aussi sublimes les unes que les autres.
Ces dernières sont souvent bien plus rythmées (c'est possible?) durant les phases contre les boss. Ces géants sont tout simplement hallucinants pour la 16 bits de Sega. Gigantesques, pourvus d'attaques prenant parfois les 3/4 de l'écran, ils vous offriront un sacré challenge tout en vous provoquant nombre d'érections incontrôlables (surtout si vous êtes jeunes et n'êtes pas encore aguerris à l'exploration de votre anatomie).
Soyons foufou, faisons un petit interlude musical. Voici la piste "Metal Squad". L'une des plus énormes et frénétiques. Attention à vos oreilles, essayez de vous replacer dans le contexte de l'époque et prenez conscience de la folie que cela pouvait être d'entendre ça.

Que celui qui dit qu'il n'a pas une envie d'essayer ce jeu à l'écoute de cette tuerie musicale soit maudit ainsi que toute sa descendance d'ignares. (Surtout à 1 min 36, c'est un truc de dingue).

 

 

4 fois plus efficace.

 

Je pourrais m'étendre ad vitam aeternam sur ce jeu, sachez simplement qu'il possède en plus de toutes ses qualités, un menu cheat code qui vous permet de vous octroyer des vies infinies ou l'ensemble des armes, ce qui vous sera bien pratique pour terminer l'aventure croyez-moi. C'est d’ailleurs ce genre de choses qui manque cruellement dans les jeux d'aujourd'hui, on ne retrouve que trop rarement (les titres Rockstars par exemple) des cheat code qui permettent de s'amuser autrement en exploitant uniquement le coté fun des titres mais cela est une autre histoire…Surtout quand on voit que certains éditeurs se permettent de nos jours de proposer des cheats en DLC payants…Un vrai scandale.

Bon c'est pas le tout, mais moi je vous laisse, je vais aller m'en faire une petite partie et écouter la bande son dans la voiture. Pour terminer en beauté je vous mets le combat contre le boss final qui reste dans les annales pour ma part comme l'un des plus grands boss de fin de l'histoire (la musique y est pour beaucoup).
(Ca commence à 1 min 20 secondes, la musique c'est "War like a requiem").
C'est par ici que ça se passe.

La phrase à retenir :

"Mes oreilles ont eu un orgasme, je te le jure!"

 

 

Commentaires  

 
0 #2 jack 16-04-2012 20:08
ha ha ha c'etait de la bombe il y avait aussi tatsujim c'etait un jeu japonais :lol:
Citer
 
 
0 #1 Glaisir 14-04-2012 20:49
Tu fais chier Dayton' tu ne nous rajeunis pas 8)
Citer
 

Ajouter un Commentaire


© 2010 - 2014 GamersBay.fr. Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation. Le jeu vidéo c'est beau.
Powered by Joomla 1.7 Templates